J'ai un compte citoyen

Régie publique des eaux

  • UNE RÉGIE PUBLIQUE, POUR QUOI FAIRE ?

    Montpellier Méditerranée Métropole a choisi de reprendre la gestion de l'eau potable, en régie publique, dans le cadre d'une gouvernance transparente et partagée. Ce nouveau mode de gestion va permettre de baisser le prix de l'eau, d'améliorer la qualité de service et de veiller plus efficacement à la protection de la ressource.

    • Transparence. Une concertation est engagée avec un Comité citoyen de suivi regroupant élus, chercheurs, associations, représentants du personnel et consommateurs. Il suit les modalités de la mise en œuvre de la régie.
    • Baisse du prix de l'eau. La régie publique maîtrise la totalité du prix et des grilles tarifaires. Son organisation permettra de repenser le service et d'envisager une baisse des coûts de fonctionnement. Elle autorise l'application d'une tarification sociale pour garantir les besoins essentiels des foyers les plus modestes.
    • Amélioration de la qualité. Qui mieux que la puissance publique pourra répondre aux investissements nécessaires (157 M€ dans le cadre du Schéma Directeur de l'Eau d'ici 2030) avec une véritable vision d'intérêt général bâtie sur le long terme ? Outre la qualité accrue de service, le contrôle des prélèvements sur les nappes phréatiques est maîtrisé.
    • Protection de la ressource. Montpellier Méditerranée Metropole dialogue avec d'autres collectivités, comme la Communauté de communes du Grand Pic Saint-Loup, concernant l'exploitation de la source du Lez et la Communauté d'Agglomération du Pays de l'Or, pour la fourniture d'eau potable.
  • QUI EST CONCERNÉ ?
    Montpellier Méditerranée Métropole exerce la compétence eau potable depuis 2010.
    En direct sur 13 communes : Grabels, Jacou, Juvignac, Lattes, Le Crès, Montferrier-sur-Lez, Montpellier, Prades-le-Lez, Saint-Brès, Sussargues, Pérols, Vendargues et Villeneuve-lès-Maguelone.

    Le passage en régie publique dès le 1er janvier 2016 concerne ces 13 communes, soit environ 80% des habitants de la métropole.

    Selon le principe de représentation substitution sur 18 de ces 31 communes en siégeant aux conseils syndicaux des syndicats intercommunaux d'eau potable de Garrigues Campagne et du Bas Languedoc.
    La régie publique ne concerne pas ces 18 communes dans l'immédiat.
  • LES ÉTAPES : DU MILIEU NATUREL AU ROBINET


    L'arrivée de l'eau potable au robinet est un processus complexe qui se déroule en 4 temps :

    • Prélever l'eau dans le milieu naturel. La ressource est pompée par forage dans des nappes souterraines ou prélevée en surface dans des cours d'eau. Afin d'éviter la pollution de ces sources, des périmètres de protection sont installés. La principale ressource du territoire est la Source du Lez.
    • Traiter l'eau pour la rendre potable. Une fois prélevée, l'eau subit plusieurs types de traitements afin de la rendre propre à la consommation. Ce traitement peut être très simple avec juste une désinfection au chlore lorsque l'eau captée est déjà de bonne qualité, ou plus complexe et l'on doit alors passer par une usine de traitement de l'eau. Montpellier dispose d'une unité de traitement : l'usine François Arago.
    • Acheminer et stocker l'eau traitée. Une fois rendue potable, l'eau est transportée à travers des réseaux de canalisations fermées. Son stockage s'effectue dans des réservoirs généralement situés en hauteur : bassins enterrés au sommet des collines ou châteaux d'eau.
    • Distribuer l'eau au consommateur. L'eau est acheminée vers sa destination finale à travers un système complexe de conduites dotées de vannes et d'appareils de régulation.